Le Tarsier des Philippines est l’un des plus petits primates du monde, mesurant environ 8,5 à 16 centimètres avec une queue glabre qui fait le double de la longueur du reste du corps. Ils sont extrêmement légers, pesant entre 80 et 165 grammes. La coloration de sa fourrure tend à être brune ou grise, mais il y a aussi la possibilité d’avoir des poils brun-rougeâtre.

Caractéristiques

Le tarsier des Philippines est une espèce bilatéralement symétrique. Le tarsier a de grandes oreilles semblables à celles des chauves-souris et une tête ronde, mais ce qui le rend facilement reconnaissable ce sont ses yeux, plus grands par rapport à son corps. Parce que leurs yeux sont fixes, ils ont la possibilité de faire pivoter leur tête de 180 degrés. Associé à une ouïe extrêmement sensible, cela fait du tarsier philippin l’un des chasseurs nocturnes les plus efficaces. Avec des bras et des jambes maigres mais puissants, équipés de coussinets au bout des doigts, un tarsier typique est capable de sauter jusqu’à six mètres. Après mon séjour à Siquijor, je suis passé par Bohol où j’ai eu la chance de voir lors d’une excursion ce petit primate très attendrissant !

 

Habitat spécifique

 

Le tarsier se trouve dans les forêts tropicales luxuriantes des Philippines. Cette espèce est plus communément trouvée sur Samar, Leyte, Bohol et Mindanao. Ce tarsier se trouve dans les zones d’herbes hautes, de buissons, de pousses de bambou et de petits arbres des forêts tropicales humides. Comme beaucoup de leurs parents primates, ils apprécient la canopée de la jungle, sautant d’arbre en arbre à la recherche de nourriture. Les tarsiers ne se déplacent généralement pas en utilisant quatre membres. Ils ont plutôt développé d’excellentes habiletés de saut.

 

Importance pour l’écosystème

En tant que prédateurs, ces petits primates aident à structurer les communautés d’insectes. Leurs habitudes alimentaires aident à maintenir une partie de la population d’insectes. Bien qu’ils soient insaisissables, la mesure dans laquelle ils sont la proie d’autres animaux peut avoir un impact sur les populations de prédateurs. En ce qui concerne les humains, ils sont parfois gardés comme animaux de compagnie dans les ménages philippins. Depuis les années 1980, la possession de cet animal est interdite en raison de la diminution de la population.

Situation de mise en danger

L’état actuel du tarsier est menacé. Les efforts d’élevage en captivité ont commencé, mais jusqu’à présent, tous ont échoué. Les tarsiers ont beaucoup souffert des chasseurs et des trappeurs qui secouent les animaux de leurs arbres ou coupent les branches des arbres dans lesquels ils vivent. Il a été rapporté que les tarsiers sont tellement traumatisés par la captivité qu’ils se frappent la tête contre leurs cages et finissent par se tuer. Les tarsiers philippins sont également affectés de manière significative par l’augmentation du taux de déforestation dans leur habitat d’origine.

 

Caractéristiques de reproduction

 

On suppose qu’étant donné que les tarsiers se rencontrent habituellement dans les couples mâle-femelle, il s’agit d’une espèce monogame. L’accouplement et la reproduction ont lieu tout au long de l’année, mais la saison est généralement déterminée en fonction de l’abondance des insectes. La période de gestation d’un tarsier est de six mois et une femelle produit une seule progéniture. La plupart des tarsiers se reproduisent deux fois par an. Un bébé tarsier peut commencer à grimper après seulement deux jours et peut sauter entre les branches après quatre jours. Jusqu’à ce que toutes leurs habiletés motrices soient complètement développées, le mode de transport utilisé pendant les dix-neuf premiers jours est la bouche de la mère.

Ce fut vraiment une rencontre inoubliable et cela m’a alerté sur la fragilité de l’écosystème des Philippines avant de fini mon séjour par la Cordillière philippine et la visite de Batad.