Emei shan (Mont Emei) est l’une des quatre montagnes bouddhistes sacrées de la province du Sichuan.  Située à quelques heures de bus de la grande ville de Chengdu, c’est une petite ville avec une grande signification pour les bouddhistes, ainsi qu’un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. 

 

Après avoir mangé à Chengdu, nous nous sommes rendus au Mont Emei qui est un endroit d’une beauté naturelle indescriptible. Nous sommes arrivés à Emei Shan, l’hébergement était incroyable pour le rapport qualité prix (200 Renminbi pour une chambre à deux lits jumeaux). Le personnel était vraiment amical et serviable. La ville d’Emei elle-même n’est pas grand-chose à voir ou à visiter. Les gens l’utilisent, ainsi que le village voisin de Baoguo, comme camp de base pour faire le trek de plusieurs jours sur le mont Emei. Couverte de sapins, de cèdres et de bambous, la montagne mesure plus de 3 000 mètres de haut, c’est quand même une bonne randonnée de 30 kilomètres pendant laquelle on monte et descend constamment des escaliers et il faut 10 à 12 heures pour faire un aller simple.

Première nuit, on a fait une visite aux sources chaudes locales pour se soulager les jambes. Nous avions eu du mal à les trouver, mais après une bonne heure de recherche, une conversation en langage des signes nous avons eu droit à notre récompense : un véritable spa privé !

 

L’ascension du Mont Emei

Le lendemain, nos jambes étaient bien détendues pour attaquer l’ascension… En raison de son importance et de sa popularité, la randonnée du Mont Emei a été pavée d’escaliers, comme c’est souvent le cas avec de nombreuses grandes attractions chinoises.  On peut même esquiver la randonnée et prendre un bus jusqu’en haut et une combinaison de téléphériques et d’autobus pour redescendre.  Cela m’a semblé idiot, alors j’ai choisi d’utiliser mes jambes, ayant entendu dire que la partie basse de la randonnée est encore plus belle que ce que l’on peut voir au sommet, au final ce n’est pas vrai…

Cela doit être vrai avec les montagnes superposées aux arbres magnifiques malheureusement, la pollution de Chengdu, gâche la vue. J’ai commencé au temple Wainian qui est à 20 minutes en bus de Baoguo. C’est un bon point de départ, car il coupe les quelque 20 premiers kilomètres et vous laisse quand même avec une randonnée bien raide de 30 kilomètres jusqu’au sommet, ce qui la rend faisable en une journée. Le sentier est assez facile à trouver, passant par plusieurs temples le long de l’escalier qui semble sans fin.

Sur la route, les singes, plus particulièrement les macaques tibétains sont très nombreux dans le secteur. Ils sont très mignons mais sont aussi attirés par la région pour gagner leur croute… Les photographes chinois abondent et pour quelques RMB, vous pouvez faire grimper un singe sur vous et vous faire prendre en photo. Quelques vendeurs enthousiastes m’ont invité à m’asseoir et à me reposer tout en me racontant à quel point le temps était beau ce jour-là.  Vraiment ? Même avec tout ce brouillard ?  Allez on continue parce que je n’aime pas le brouillard et je n’aime vraiment pas les singes !

 

Étape à Hongchun Ping

 

Prochaine étape… Tout droit pour les prochaines heures jusqu’à Hongchun Ping à 1 120m… La montée jusqu’à Hongchun Ping en valait la peine. C’était le temple le plus calme que nous avons visité sur le Mont Emei, probablement à cause de l’absence de télésiège. Outre le temple sombre, le point incroyable a été le temple extérieur. Le voyage de retour à Niumix a été dur mais beaucoup plus facile à redescendre qu’à monter. En descendant, nous avons été dépassés par un porteur transportant une centaine bouteilles d’eau. A partir de là, aucune plainte concernant le poids de mon sac à dos n’a traversé ma bouche…

Nous étions censés arriver au temple suivant et descendre de la montagne pour pouvoir prendre un bus jusqu’au sommet, mais étant donné notre retard, nous avons décidé de d’enchainer directement. La montée jusqu’au pavillon Qingyin a été infernale… des milliers de Chinois qui descendent la colline en se moquant de nous, chargés de nos sacs à dos. L’ascension nous a pris une bonne heure et nous y sommes arrivés pour être accueillis par des hordes de visiteurs venant du téléphérique. Contrairement à notre expérience plutôt calme à Hongchun, cette fois c’était une toute autre ambiance au Temple. Nous ne sommes pas restés, on a suivi la foule et pris le téléphérique jusqu’en bas.

 

Changement de programme pour le Mont Emei

Le lendemain matin, nous avons pris le bus de 8h pour aller jusqu’au sommet de la montagne, puis nous avons rejoint la file d’attente pour le téléphérique jusqu’au sommet. Je dois dire que le temps que j’ai passé dans la file d’attente restera dans ma mémoire comme l’une des heures les plus divertissantes que j’ai passées en Chine. Nous étions séparés car mon collègue a acheté les billets et que je me suis fait emporter par la foule. Nous étions probablement à une centaine de mètres l’un de l’autre, entassés dans la foule. J’étais entouré d’une famille (une vingtaine de membres) et bien que nous n’ayons pas de langue en commun, nous communiquions plutôt bien. Ils voulaient connaître mon nom. Puis, mon sac à dos a été pesé par tous les membres de la famille qui étaient curieux de savoir ce que je pouvais porter.

Je suppose que j’ai eu de la chance, parce qu’après avoir monté les derniers escaliers glacés (j’ai perdu pied plus d’une fois, heureusement qu’il y avait une rampe à laquelle m’accrocher), je suis finalement monté au-dessus de la ligne de brouillard et j’ai pu voir ce paysage magnifique au sommet à 3099 mètres d’altitude. Le sommet est aussi étonnant pour ses images que pour le nombre de touristes que vous y trouverez. Les vues sont normalement mauvaises en raison des nuages qui entourent la montagne. Et là, on en a pris plein les yeux ! Nous avons passé environ deux heures au sommet. Nous avons décidé de descendre les escaliers, cela nous a pris au moins une heure et c’était l’un des terrains les plus raides que nous avons parcouru.

 

Faites-le vous-même :

Pour y arriver : Des bus partent régulièrement pour la ville d’Emei depuis la gare routière du Sud à Chengdu, ou depuis Leshan où se trouve une autre célèbre statue de Bouddha géant. Le trajet dure environ 3 heures et le bus le plus tôt part à 6h30 du matin.  Il y a aussi une gare en ville.

Une fois à la gare routière d’Emei, il est assez simple de traverser la rue à pied et d’attendre le bus local vert numéro 8. C’est impossible de prendre le mauvais chemin parce que le trajet commence à la gare routière et se termine à la porte d’Emei shan, donc vous ne pouvez vraiment pas vous tromper.  Le bus local coûte 2RMB et un taxi sera plus proche de 20 RMB.

Reste : Je suis resté à l’auberge Teddy Bear qui a des chambres décentes, de bons tarifs, et je vous laisserai y laisser votre sac pendant vos randonnées. Ils sont également situés juste à côté de la gare routière qui dessert la ligne de bus Emei shan.  Mieux encore, ils fournissent une carte très utile de la randonnée Emei shan (qui n’est PAS comprise dans le prix d’entrée ou du billet pour Emei shan !).

Marche : Apportez de la nourriture et des collations pour la marche, car elles sont vendues à des prix ridicules près du sommet.

Des cannes en bambou sont vendues au début de la randonnée. C’est une bonne idée d’en acheter un pour aider à l’escalade et pour faire fuir les singes.

Il y a beaucoup d’entrées de sentiers pour acheter des billets à 185 RMB ou 90 RMB pour les étudiants (bien que si vous avez l’air d’avoir l’âge d’un étudiant, essayez de passer une carte d’étudiant et ça marchera probablement. Je l’ai fait avec mon permis de conduire). J’ai commencé au temple Wainian qui se trouve à 30km du sommet. De là, c’est une randonnée d’une journée faisable jusqu’au sommet si vous commencez assez tôt et que vous êtes en forme. Rendez-vous à Wainian en achetant à 40 RMB un billet aller-retour en bus depuis la gare à côté de l’auberge Teddy Bear.

Si vous finissez par passer la nuit sur la montagne, ce que vous devrez faire si vous marchez tout le long du chemin, gardez à l’esprit que les monastères sont les moins chers mais que vous ne pourrez pas rester au sommet, où les chambres les moins chères ont un prix incroyable de 300+ RMB par nuit (sans chauffage ni même eau courante). Cependant, si vous faites de la randonnée pendant l’hiver, grimper au sommet dans l’obscurité pour le lever du soleil peut être dangereux et très glissant dans la neige et la glace, et la télécabine ne commence pas à fonctionner à temps pour vous emmener au lever du soleil, donc cela peut en valoir le coût. En été, je restais un peu plus bas du sommet et je montais jusqu’au sommet avec une lampe frontale avant que le soleil ne se lève.

redescendre à pied, en télécabine ou en autobus